Bistro Erminig, la Bretagne au cœur de Düsseldorf !

C’est bientôt la chandeleur (2 février) et cette année vous avez pris une grande résolution… vous allez vous lancer dans la préparation de crêpes maison. Mais voilà… vous vous retrouvez rapidement à faire la chasse aux grumeaux, à vous battre avec une crêpe qui s’agrippe à la poêle ou encore à ramasser celle qui a voltigé et manqué son but… bref, décidément la préparation des crêpes c’est tout un art et ce n’est pas pour vous !

Alors pour les « pas doués » (comme moi) ou les gourmands (comme vous et moi) tout n’est pas perdu, une solution s’offre à vous pour ne rater la chandeleur sous aucun prétexte et manger des crêpes avant, pendant et après la chandeleur, en un mot toute l’année… c’est la crêperie de Mathieu Delacourt, le Bistro Erminig !

F4D47649-1F6C-42F9-89F9-D68496C6C84A
Photo © Robin Hartschen/THE DORF

Amis bretons vous étiez certainement les premiers informés quand la crêperie Erminig a posé ses Billig, sa farine de sarrasin et ses spatules à Düsseldorf… vous alliez (enfin) être dignement (et gastronomiquement) représentés. Car on ne passe pas à côté du rendez-vous quand un petit bout de France débarque à Düsseldorf.

Un breton à Düssedorf et un projet de crêperie devient réalité…

Fraîchement débarqué à Düsseldorf en 2012 avec la casquette L’Oréal, Mathieu Delacourt décide, 4 ans plus tard, de voler de ses propres ailes et de travailler à son compte. Et comme si, en tant que Rennais pure souche, c’était une évidence, il choisit de combler un manque à Düsseldorf et de lancer une crêperie.

Car les crêpes c’est toute l’enfance et la jeunesse de notre breton… tous les vendredis, on ne déroge pas à la tradition chez les Delacourt : la Billig (crêpière de la marque Krampouz) est branchée et le festin peut commencer.

Une fois le local repéré et le contrat signé, le compte à rebours est lancé. Mais les débuts ne sont pas simples, les travaux durent, les experts défilent sur le chantier, les permis se font attendre, les problèmes de rénovation s’accumulent, la famille est mise à contribution mais Mathieu ne baisse pas les bras. C’est finalement en avril 2016, quatre mois plus tard que prévu, que la crêperie Bistro Erminig peut enfin ouvrir ses portes, brancher ses Billig et les maîtres crêpiers enfiler leur tee-shirt Armor Lux et soigner leur accent français.

image
Photo © Robin Hartschen/THE DORF

Peu de publicité, la devise de Mathieu est de démarrer lentement mais sûrement malgré les emprunts à combler, le temps de roder la machine. Et le choix s’avère judicieux, Mathieu et ses acolytes finissent par trouver le bon rythme, peu de temps avant que le Rheinische Post leur accorde un article en 2017, faisant doubler la clientèle du jour au lendemain.

Mais pourquoi donc Erminig ?

Quel rapport avec la Bretagne ? Et bien justement, L’hermine (Erminig en langue bretonne) est le symbole de la Bretagne (il figure d’ailleurs sur le drapeau breton). Comme l’explique Mathieu, la légende raconte que la duchesse Anne de Bretagne, se promenant un jour d’hiver à cheval, assista à la chasse d’une hermine Erminig, plutôt que de traverser une rivière boueuse et salir sa belle fourrure blanche, préféra faire face aux chasseurs et à la mort. Fascinée, la duchesse lui laissa la vie sauve. La devise de la Bretagne est depuis devenue: «Plutôt la mort que la souillure». Cette devise reflète le caractère des Bretons : sincères, sans compromis et authentiques. Tout Mathieu finalement, qui nous accueille avec un grand sourire  sourire et sans chichis !

image
Photo © Robin Hartschen/THE DORF

Des galettes et des crêpes bretonnes…

Mais parlons du principal, de crêpes et de galettes, car palabrer c’est bien mais déguster c’est mieux… et voyager également ou tout simplement revenir aux sources car quoi de mieux qu’une bonne crêpe / galette et un bon cidre pour vous transporter instantanément en Bretagne.

75EF2C54-0B7F-4AB3-A382-5D6B2A9C035A
Photo © Robin Hartschen/THE DORF

Chez Erminig, Mathieu vous propose de déguster les galettes (farine de sarrasin) et crêpes (farine de froment) traditionnelles que vous avez l’habitude de manger en Bretagne comme la complète, la beurre sucre ou la caramel au beurre salé ou bien des galettes et crêpes plus spéciales à la mode «erminigoise», c’est à dire «germanisées» (traduction : accompagnées de pommes de terre) comme la Ciel et terre, la Guémenoise, la Tartiflette ou encore la Campagnarde. Le tout sera évidemment arrosé de cidre en provenance directe de Bretagne (tout comme la farine de sarrasin et l’andouillette d’ailleurs).

D1C44CF9-42B7-43D0-9C9A-807E765E2F18
Photo © Robin Hartschen/THE DORF

Et parce qu’il faut se mettre à la page vegan, Mathieu propose de préparer certaines crêpes sucrées à base de pâte de blé noir. Quand aux allergiques au gluten ils ne seront pas lésés, le fondant au chocolat et son cœur caramel au beurre salé fait maison les attend.

Le fait maison est d’ailleurs devenu peu à peu un credo à la crêperie Erminig. Mathieu a fini par troquer le Nutella, si populaire dans sa crêperie, contre une succulente pâte à tartiner maison à base de chocolat noir et de noisettes. Les glaces sont également réalisées sur place ainsi que le caramel au beurre salé.

Le bistro Erminig est situé dans la Altstadt, à proximité immédiate de la zone artistique et culturelle (K20, Kunstverein, Kunstakademie, Kömodchen, Opéra et galeries d’art) et de la zone commerciale. Du mois d’avril au mois d’octobre, une terrasse est dressée pour profiter des généreux rayons de soleil düsseldorfois.

image
Photo © Robin Hartschen/THE DORF

Bref, il ne vous reste plus qu’à vous laisser séduire par une savoureuse petite pause bretonne au Bistro Erminig.

Bon appétit et Yec’hed mat !

BISTRO ERMINIG
Mutter-Ey-Strasse 5, Düsseldorf
Ouvert en semaine sauf lundi de 12h à 15h et de 18h30 à 22h30, le vendredi et le samedi de 12h à 21h30 et le dimanche et les jours fériés de 12h à 20h.
Site officiel

Photos © Robin Hartschen/THE DORF (merci !)

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. DELCROIX dit :

    Une petite erreur, la spécialité bretonne est l’andouille et non l’andouillette. L’andouille de Guéméné est la meilleure de France et c’est elle qui farcit les galettes. A Rennes, les jours de marché on déguste sur le pouce une galette roulée autour d’une saucisse grillée… c’est un peu l’équivalent de la Bratwurst mit Brötchen… une petite vente à emporter directement sur le trottoir et tu doubles ton CA Mathieu . Bon courage et Kenavo…

    Aimé par 1 personne

  2. Louis dit :

    Testé, c’était bien bon. Un vrai petit morceau de France à Düsseldorf, ça fait plaisir !

    Aimé par 1 personne

    1. Nath in Düss dit :

      Et vive la Bretagne 😊

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.