Düsseldorf hors des sentiers battus : le jüdisch-orthodoxer Friedhof de Gerresheim

Cette rubrique vous fait découvrir quelques petits coins secrets de Düsseldorf, lieux insolites ou anecdotiques qui ne sont pas marqués dans les guides et à côté desquels vous êtes peut-être passé(e) sans même vous en douter…  

Aujourd’hui je vous parle du jüdisch-Orthodoxer Friedhof de Düsseldorf Gerresheim.

Au détour d’un chemin dans la forêt de Gerresheim, au départ de la Quadenhofstraße et au sud du vaste cimetière de Düsseldorf-Gerresheim, vous tomberez sur un vieux cimetière le long d’un chemin de randonnée… il s’agit de l’ancien cimetière juif orthodoxe de Gerresheim.

De 1925 à fin 1938, ce cimetière fit office de lieu d’inhumation à la communauté Adass-Jisrael, un groupe orthodoxe dont les membres avaient quitté la communauté synagogale libérale de Düsseldorf et vivaient et priaient selon leur propre rite.

En 1904, un groupe de juifs orthodoxes, considérant la synagogue principale de la Kasernenstraße trop libérale (un orgue et un chœur mixte y assuraient la musique, totalement inacceptable à ses yeux), créa la communauté Adass Jisroel, inspirée de la néo-orthodoxie berlinoise, afin de continuer à prier « dans le respect de la loi » et « selon les coutumes des anciens pères ». Le numéro 4 de la Poststrasse servait à la communauté de salle de prière et de lieu où se réunir les jours de sabbat et de fête. Les membres se retrouvaient également dans d’autres d’autres lieux de réunion, petites synagogues et bain rituel Corneliusstraße, Adersstraße, Kreuzstraße et Friedrichstraße.

Un nouveau terrain, acquis en 1924 trois ans après avoir fait la demande, fut transformé en cimetière, le « Weyl’schen Friedhof » du nom du rabbin orthodoxe de la communauté, Heinrich Chajim Weyl et la première inhumation eut lieu en 1925.


Rabbiner Heinrich Chajim Weyl

Aujourd’hui il ne reste que 46 pierres tombales, affichant des inscriptions en hébreu et en allemand. Plusieurs rouleaux de la Torah profanés aurait été enterrés dans le cimetière après la Nuit de Cristal en 1938, afin de les préserver de toute nouvelle destruction.

En 1939, la communauté Adass Jisroel fut interdite et dissoute, le rabbin Weyl se réfugia aux Pays-Bas d’où il fut, en 1943, déporté à Auschwitz.

Le cimetière juif orthodoxe est aujourd’hui la propriété de l’association régionale des communautés juives de Rhénanie du Nord. Après 1945, il fut profané à plusieurs reprises et clôturé en conséquence d’une barrière métallique.

Son histoire est désormais évoquée par une plaque commémorative, rédigée par la städtischen Mahn- und Gedenkstätte, le mémorial de la ville de Düsseldorf, et dévoilée solennellement en août 2018 par le maire de l’époque, Thomas Geisel, ainsi que par le maire du district, Karsten Kunert, et le Dr. Oded Horowitz, président du conseil d’administration de l’association régionale des communautés juives de Rhénanie du Nord.

« En dévoilant la plaque commémorative, nous gardons en mémoire le judaïsme orthodoxe à Düsseldorf et la grande souffrance que les juifs orthodoxes ont connue à l’époque du national-socialisme » Thomas Geisel

Jüdisch-orthodoxer Friedhof Düsseldorf-Gerresheim
Quadenhofstraße 141C
40625 Düsseldorf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.