L’Allemagne par les livres, La trilogie berlinoise de Philip Kerr !

Avec La trilogie berlinoise de Philip Kerr, réunissant trois romans en un (L’été de Cristal, La pâle figure, Un requiem allemand), publiés pour la première fois entre 1989 et 1991, vous allez découvrir un grand classique du roman noir avec l’Allemagne en toile de fond.

Inutile de vous faire un résumé de ce pavé de 1000 pages, dans lequel vous plongerez sans difficulté et dont l’intrigue n’est pas, à mon sens, le plus intéressant.

L’intérêt premier de La trilogie berlinoise réside tout d’abord dans le contexte historique, non des moindres, choisi par l’auteur. Il nous propose une peinture de la société berlinoise sous le 3ème Reich, de la montée en puissance du nazisme jusqu’à sa chute.

Vous plongerez ainsi dans une ville qui, en 1936, se prépare à recevoir les Jeux Olympiques, vous assisterez aux discours d’un dictateur gesticulant et vociférant, vous approcherez la Kripo (police criminelle), vous côtoierez de puissants industriels, des nazis opportunistes, des juifs persécutés, des femmes refusant d’être réduites au rôle de procréatrice, vous croiserez Himmler, Goering, Heydrich, Nebe et Müller, vous ferez un détour par la Gestapo et ses prisons, par les camps de concentration, vous serez pris dans les filets du contre-espionnage… bref, vous ne serez pas déçu !

Les personnages évoluent dans un Berlin aujourd’hui disparu mais restitué avec minutie par un auteur plus que perfectionniste. Philipp Kerr aurait déniché, dans une librairie de Londres, un vieux Baedecker, édition 1930, répertoriant les rues, bars, restaurants et surtout bâtiments administratifs de l’époque, des bâtiments et rues aujourd’hui rayés de la carte et ayant changé de nom.

Mais le point fort des romans est avant tout le personnage principal, un détective privé à la personnalité hors du commun dont on suit les tribulations. Vous ne pourrez rester insensible à l’insolence, à l’humour décapant et au sens de la répartie de l’ancien flic désabusé, Bernhard Gunther, Bernie pour les intimes, qui ne manque jamais de sarcasmes envers ses contemporains et de cynisme sur les événements de l’époque. Les dialogues valent le détour !

Vous pouvez retrouver les aventures de Bernie dans 11 autres romans écrits à la suite de La trilogie berlinoise. Une série qui a malheureusement pris fin en mars dernier, avec le décès de l’auteur à l’âge de 62 ans.

Bref, un personnage haut en couleur, un contexte des plus intéressants, une ville admirablement restituée et des intrigues bien ficelées… tous les ingrédients pour un excellent moment du lecteur !

A25FF30E-7D6D-4557-9DCF-2C422D129780

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.